Petit Séminaire Collège Saint-Martial, Haïti
"Saint-Martial, une force, une tradition, une famille."
vendredi 20 octobre 2017
La reconstruction a commancé !

Objectif 2016 :
Reconstruction Primaire Phase II


En savoir Plus

Aidez-nous

rpageSep.png (1,184 bytes)

Nos Vidéos

no-video.jpg (2,338 bytes)

Aucune video disponible!


Voir toutes nos vidéos
.

Personnalité du mois

carl-braun.jpg (11,357 bytes)

Le Père Antoine Adrien

Antoine Adrien était un homme d'une nature ardente, doué de multiples talents. Né aux Cayes en 1922, il est attiré par la vie religieuse et entre chez les Spiritains.


 Lire la suite
.

Spiritualité Spiritaine

L’héritage du P. Libermann, un guide spirituel…

François Libermann est un des fondateurs de la Congrégation du Saint Esprit. Une de ses premières convictions assure que Dieu a formé un projet de sainteté pour chacun de nous, un projet né de son cœur, à la dimension de son amour.

Le projet de Dieu n’est pas toujours explicite dans nos années de jeunesse et nous échappe aussi parfois par la suite. Il nous est de toute façon personnel. Il est unique. La sainteté à laquelle l’un est appelé n’est pas la sainteté de l’autre. Chaque baptisé est donc appelé à rayonner la richesse de Dieu d’une manière qui lui est particulière. Cette richesse est comme une lumière qui, passant par un prisme, se fragmente en de multiples couleurs, différentes mais complémentaires.

C’est le défi de chacun de permettre au souffle de l’Esprit Saint de nous conduire à la sainteté qui peut être la nôtre et ainsi réaliser le projet d’amour que Dieu a pour nous. Il faut donc apprendre à écouter sa voix. Celle-ci sera plus ou moins pressante selon les circonstances. « Quelque fois l’Esprit agira avec violence et vivacité et parfois avec douceur, modération. Il faudra toujours le suivre, le laisser agir comme il lui plaît » comme nous conseille Libermann dans ses Lettres spirituelles.

Ainsi il pourra arriver qu’après un long chemin, l’Esprit nous donne une lumière sur ce qu’il attende de nous, avec une telle clarté que cela devient une évidence. Mais généralement l’Esprit Saint s’exprime d’une voix discrète. Pour percevoir la voix de l’Esprit qui veut parler à notre cœur, il s’agit de nous mettre à son écoute. C’est un premier effort car souvent nous vivons à la surface de notre être, nous sommes dispersés, éparpillés. Alors l’Esprit Saint ne peut intervenir car nous sommes absents de nous-mêmes.

La spiritualité spiritaine nous invite à unifier nos vies pour agir mieux et avancer dans nos vies avec des bases solides. Dieu nous donne toujours le désir pour nous faire progresser. Il nous rappelle que le service des frères est la voix royale qui permet à l’Esprit d’agir en nous. Mais être au service est exigeant, cela implique un grand respect de l’autre, de ce qu’il est. Il s’agit de l’accepter dans sa différence, de s’ouvrir aux valeurs de sa culture, d’être exempt de préjugés. « En mission, ne jugez pas d’après ce que vous avez vu en Europe, dépouillez-vous de l’Europe, de ses mœurs, de son esprit » comme l’écrit encore Libermann à ses missionnaires.

Libermann attache enfin une grande importance au sentiment de paix intérieure. Il conseille de rejeter toute pensée qui se présente dans le trouble : « Il ne faut jamais suivre des mouvements intérieurs qui ne laissent pas notre esprit en repos devant Dieu. Il peut attirer vivement, mais toujours dans la paix. ».

 

Eléments de la règle de vie

  • Envoyé par le Père et consacré par l’Esprit-Saint, Jésus le Christ est venu sauver tous les hommes. Il poursuit son œuvre aujourd’hui dans le monde cette mission de salut dont l’Eglise est le sacrement. Au cœur du peuple de Dieu, et parmi d’autres vocations multiples et diverses suscitées par l’Esprit-Saint, nous, spiritains, nous sommes appelés par le Père et « mis à part » pour annoncer à la suite de son Fils, la Bonne Nouvelle du Royaume. (RVS 1)
  • Aussi loin que soit notre frère blessé, nous voulons le rejoindre. Nous ne cherchons pas à le séduire, mais à le convaincre.
  • Nous allons de préférence là où l’Eglise ne trouve pas d’ouvriers. Nous y allons avec confiance car le Christ n’enlève rien : il donne tout.
  • Le dialogue interreligieux est la recherche et l’approfondissement de la vérité. Nous y participons avec joie, convaincus qu’il s’agit d’une tâche noble et nécessaire : le Christ qui nous envoie est la Vérité.
  • Dieu nous a confié le monde qu’il a créé. Avec nos frères et sœurs nous apprenons à le respecter et à le protéger davantage.
  • Nous devenons des témoins lorsque par notre prière, par nos actions, par nos paroles et nos comportements un Autre transparaît et se communique.
  • Nos communautés s’inspirent des premières communautés chrétiennes où tous se montraient assidus à la fraction du pain et aux prières. Ils n’avaient qu’un cœur et qu’une âme (RVS 33).

Date de mise à jour : 26 février 2015