Petit Séminaire Collège Saint-Martial, Haïti
"Saint-Martial, une force, une tradition, une famille."
samedi 18 novembre 2017
La reconstruction a commancé !

Objectif 2016 :
Reconstruction Primaire Phase II


En savoir Plus

Aidez-nous

rpageSep.png (1,184 bytes)

Nos Vidéos

no-video.jpg (2,338 bytes)

Aucune video disponible!


Voir toutes nos vidéos
.

Personnalité du mois

carl-braun.jpg (11,357 bytes)

Le Père Antoine Adrien

Antoine Adrien était un homme d'une nature ardente, doué de multiples talents. Né aux Cayes en 1922, il est attiré par la vie religieuse et entre chez les Spiritains.


 Lire la suite
.

Personnalité du mois

Le Père Antoine Adrien (1922 – 2003)

Antoine Adrien était un homme d'une nature ardente, doué de multiples talents.

Né aux Cayes en 1922, il est attiré par la vie religieuse et entre chez les Spiritains. Après son ordination en 1948, il est envoyé en Haïti où pendant 20 ans, il enseigne l'histoire de son pays au petit séminaire Collège Saint-Martial. Son sens du service le porte à s'engager dans de multiples activités : il est aumônier scout, directeur de conscience, chef de chorale, entraîneur sportif, mais surtout il accompagne les petits séminaristes, tout en se réservant du temps pour une activité privilégiée : visiter les pauvres d'un bidonville de Port-au-Prince.

Puis vint l'ère de Duvalier. Antoine et 4 confrères haïtiens sont expulsés de leur pays. Le Conseil général décide le rappel des Spiritains encore présents dans le pays. Après un court séjour en Centrafrique, Antoine est appelé, avec quelques confrères, à se mettre au service des Haïtiens de Brooklyn, aux U.S.A. Pendant 14 années d'intense activité, sous l'impulsion d'Antoine, cette petite équipe se dévoue au service de cette population d'immigrés, pauvres, facilement exploitables. Antoine comprend qu'on ne peut aider les pauvres sans se faire pauvre soi-même. L'équipe spiritaine décide de vivre comme la population qui l'entoure, et de parler son langage, le créole. Certes, la priorité demeure la formation religieuse et humaine de cette population, mais bien vite Antoine comprend qu'il doit se faire le défenseur de ses droits et pour cela utiliser tous les moyens légaux, dans la rue, les médias, les couloirs du Congrès, pour les faire respecter.

En 1986, Antoine et ses confrères rejoignent Haïti après 17 ans d’exil.

Il faut réorganiser le district, recommencer tout à zéro. Les Spiritains choisissent de travailler en paroisse, dans un diocèse pauvre en prêtres. Mais ce pays n'est délivré d'une dictature que pour retomber sous une autre, celle des militaires. Antoine, devenu un personnage public, dont la droiture et le désintéressement sont reconnus par tous, doit encore monter au créneau pour défendre le droit des gens à vivre libres. Son nom figure sur la liste de personnes à abattre, il échappe à plusieurs attentats et quand l'orage est passé, il reprend hardiment le combat. La pauvreté est telle dans le pays, la désespérance si profonde qu'il pense devoir soutenir l'expérience d'un gouvernement d'un style nouveau, dominé par l'esprit de service et dont le souci des pauvres serait prioritaire. Était-ce un signe des temps ?

Son espoir né du président Aristide est déçu.

Au retour des spiritains en 1995 au collège Saint- Martial, il en devient le directeur avant que le P. Max Dominique ne prenne sa suite. Ensemble, ils lancent la rénovation des lieux et plusieurs réformes au collège dans un contexte difficile d’héritage de l’administration diocésaine précédente.

En 1996, une attaque paralyse Antoine et le cloue sur son fauteuil roulant. Lui, le témoin de tant d'événements, qui a tant de choses à nous dire, est devenu incapable de communiquer. Il vivra courageusement cette épreuve pendant 7 ans. Il meurt le 12 mai 2003.


Date de mise à jour : 26 février 2015