Petit Séminaire Collège Saint-Martial, Haïti
"Saint-Martial, une force, une tradition, une famille."
lundi 22 octobre 2018
La reconstruction a commancé !

Objectif 2016 :
Reconstruction Primaire Phase II


En savoir Plus

Aidez-nous

rpageSep.png (1,184 bytes)

Nos Vidéos

no-video.jpg (2,338 bytes)

Aucune video disponible!


Voir toutes nos vidéos
.

Personnalité du mois

carl-braun.jpg (11,357 bytes)

Le Père Antoine Adrien

Antoine Adrien était un homme d'une nature ardente, doué de multiples talents. Né aux Cayes en 1922, il est attiré par la vie religieuse et entre chez les Spiritains.


 Lire la suite
.

Article

Pour le Pays, pour les Ancêtres… Jubilons!

« Liste des articles


Nous ne cesserons jamais de le proclamer : le Petit Séminaire Collège Saint Martial est plus qu’un bloc de bâtiment. C’est une longue et passionnante histoire de luttes et de combats qui va se mélanger, et toujours, à la grande histoire nationale.

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle version de l’hymne national. - En passant, osons ouvrir une petite parenthèse sur la Dessalinienne sans vouloir être trop nostalgique - Combien de jeunes écoliers savent encore la chanter avec les honneurs et la posture citoyenne nécessaires? Encore faut-il trouver une institution (scolaire) qui perpétue les habituels rites de la montée du drapeau comme cela se faisait dans le temps. Dans un passé pas trop lointain, d’ailleurs…

Non, faut-il le réaffirmer, le titre ne touche pas d’abord la question du bicolore national. Il s’agit de rappeler que 2015 sera une année jubilaire dans l’histoire de l’éducation scolaire en Haïti. En effet, même s’il avait été créé par la convention du 17 Juin 1862, il a fallu attendre le 15 mars 1865 pour voir Monseigneur Martial Testard du Cosquer annoncer l’ouverture prochaine de cette école que nous connaissons aujourd’hui comme le Petit Séminaire Collège Saint Martial.

Ce sont cent cinquante (150) années de loyaux et précieux services au sein d’un peuple continuellement en quête de liberté et d’épanouissement intégral. Il s’agit d’un siècle et demi de savoir faire éducateur. C’est un tri cinquantenaire de coopération et de service pour lequel il convient de célébrer. Jubilons! Crions de joie!

Pourquoi parler de jubilé, commentent certaines personnes, si les marques du 12 Janvier 2010 sont encore et très présentes dans le scénario quotidien du Petit Séminaire Collège Saint Martial? Célébrer le jubilé, disons le tout de suite, n’est pas une question purement et simplement «matérielle » et « visuelle ». Il ne s’agit pas pour nous de fuir la réalité en prétextant de fictives raisons pour justifier une quelconque envie de célébration, mais nous voulons évoquer, et cela principalement, la notion première, originelle et biblique de la réalité du jubilé.

Le jubilé, selon le contexte ou le domaine, est une fête qui célèbre, à intervalles réguliers, l'anniversaire joyeux d'un événement dont les effets se prolongent dans le temps. La Bible, dans le Livre du Lévitique (Lv 25), présente l’idée du jubilé non seulement dans sa dimension religieuse, mais aussi et surtout avec une grande connotation sociale. Ainsi, le jubilé est un événement sans précédent dans la vie du peuple et qui secoue, de manière durable, les bases sociales, économiques, politiques et religieuses de la société dans son ensemble. Voilà pourquoi l’année jubilaire était annoncée au son de la trompette (cf. Lv 25, 9), tout en étant une occasion pour revenir à l’essentiel, pour réorganiser la vie et retrouver la dignité perdue; le Jubilé est le temps pour revenir «à la maison afin d’y mettre de l’ordre.»

À partir de l’idée originelle du jubilé dans la Bible nous pouvons retenir trois aspects fondamentaux:

  1. Un jubilé, cela doit être célébré, peu importent les circonstances. C’est un événement public. Cela ne concerne pas seulement un petit groupe de concernés. Il touche une plus grande collectivité. Voilà pourquoi Il convient de l’annoncer au plus grand nombre, sinon à tout le monde. Il faut le divulguer. Il faut le faire connaître.

  2. Le jubilé est un moment privilégié pour l’action de grâce. Celui ou celle qui a la mémoire courte ne se soucie pas de l’année jubilaire. Une personne qui n’a pas la «mémoire » de l’histoire, ne vit pas vraiment ; elle survit et subit les événements du quotidien. Le Jubilé est et restera toujours un moment privilégié pour faire mémoire. Jubiler c’est d’abord honorer la mémoire.

  3. Le jubilé nous fait prendre conscience qu’il faut partir sur de nouvelles bases. La remise de la dette qui constitue un élément fondamental du jubilé biblique se traduit par un compromis nouveau qu’il faut sceller afin de regarder l’avenir avec plus de confiance.

Ainsi, nous remarquons que certaines caractéristiques du jubilé biblique valent encore pour nous aujourd’hui, cent cinquante ans après l’annonce faite par Mgr Du Cosquer en ce jour historique du mois de Mars 1865. Le jubilé du tri cinquantenaire vient nous rappeler que l’histoire du Petit Séminaire Collège Saint Martial est bien loin de toucher à son dernier chapitre. L’histoire est en train d’être écrite. Même si, depuis le séisme de 2010, nous connaissons des heures troubles et d’incertitudes dans tous les domaines, nous ne pouvons jamais oublier que nous ne sommes pas seuls et ne le serons jamais. Saint Martial n’est pas seulement (ou pas du tout, pour mieux l’exprimer) l’œuvre de certains visionnaires des temps passés, mais c’est Dieu lui-même qui guide les acteurs d’aujourd’hui. C’est Lui, le Dieu de la vie, qui oriente chacun de nos pas et qui donne sens à notre engagement au quotidien.

Nous ne cesserons jamais de le proclamer : le Petit Séminaire Collège Saint Martial est plus qu’un bloc de bâtiment. C’est une longue et passionnante histoire de luttes et de combats qui va se mélanger, et toujours, à la grande histoire nationale. Voilà pourquoi nous pouvons affirmer sans peur que ce jubilé appartient à toute la nation haïtienne car c’est ici que l’histoire de beaucoup de personnalités et citoyens de ce pays a pris forme. De ce point de vue, il convient de rappeler que le « label » Petit Séminaire Collège Saint Martial évoque clairement une manière de concevoir l’éducation en Haïti. C’est cette histoire qu’il s’agit de continuer d’écrire et de construire. C’est de cela qu’il s’agit quand nous parlons de jubilé.

Enfants de Saint Martial, nous avons tous rendez-vous avec l’histoire. Frères de tous les recoins du pays et d’ailleurs, - pour reprendre un extrait de l’hymne de Saint Martial-, Joignons nos flambeaux, en faisceaux, pour projeter une lueur nouvelle, sur l’écran d’Haïti. Ce Jubilé nous convoque tous, où que nous soyons, pour conjuguer nos forces. Il doit être comme une invitation à ouvrir une nouvelle page de la belle histoire, en train de se construire, de notre institution tri cinquantenaire. C’est à nous, la génération d’aujourd’hui, d’écrire les prochaines heures de ce monument historique. L’exemple est donné. Le chemin a été déjà entamé. L’idéal est clair et noble: «être utile, toujours, à notre Patrie». Assumons donc le défi et tournons-nous  aujourd’hui vers l’avenir, pour le pays, pour les Ancêtres, pour le monde et pour nos enfants…

« Saint Martial, une force, une tradition, une famille »

 

Source : Père R. André Alcinéus, CSSp Date : 25/02/2015